CANDAULISMES

text11.gif Des Histoires Candaulismes dans la Rubrique « New Annonces »

Confidences d’une femme infidèle. Chapitre Ier, suite et fin 


unculexceptionnel.jpg
 
Tu as revu Gilles ce jour là?   L’après-midi je me suis affairée à mettre de l’ordre dans la maison et à faire les valises. Mon mari était toujours à tourner autour de moi et à me regarder comme s’il découvrait une femme différente. Il était très attentionné, bien plus qu’à son habitude, un peu comme au début. Il m’a proposé de m’inviter à dîner dans un beau restaurant pour notre dernière soirée de vacances, en ajoutant « comme ça nous pourrons parler un peu ». A ce moment j’ai pensé à Gilles et je me suis dit que je resterais sur le souvenir d’une unique et merveilleuse nuit. Puis, vers 18h, mon portable a sonné. C’était Gilles. Rien qu’au son de sa voix, j’étais toute émoustillée. Je suis sortie pour lui parler. Il me disait que j’étais la plus belle, que je l’avais rendu fou et qu’il me voulait encore. Il me disait qu’il bandait rien qu’en entendant ma voix… Il m’a supplié pour j’accepte qu’on se voit une fois encore. J’ai senti une bouffée de désir m’envahir avec une drôle de sensation au ventre. Moi aussi je bandais ! J’ai dis que je verrai et que je le rappellerai.

 Qu’as-tu fait? 

blogentry251697087981700201284499795thumb1.jpg 

Quand je suis rentré, j’étais toute troublée. Mon mari a perçu ce trouble et m’a dit : « c’était lui ». Je lui ai dit que oui et qu’il voulait me revoir. Il m’a répondu : « Et toi, tu en as envie ? ». J’ai été sincère en lui répondant oui, puis ça se voyait tellement ! Mais je lui ai dit que je voulais qu’on dîne ensemble comme prévu. Tout allait si vite, je ne voulais pas trop tirer sur la corde et mettre notre couple en péril pour un moment de folie, fut-il des plus prometteurs.

Joli dilemme! Je suis plus finaude que tu ne crois. Je me suis dit que les deux choses étaient possibles et que je pouvais satisfaire pleinement mes deux hommes et moi aussi. Il n’était pas question que Gilles et mon mari se rencontrent, mais je pouvais jouer sur les fantasmes de mon mari. Je lui ai proposé de m’emmener à l’hôtel de Gilles et de m’y attendre au bar pendant que « m’amusait un peu » et ensuite il m’emmènerait dîner. Pour achever de le convaincre, je lui ai dit que je lui raconterais tout ce qu’il voudrait savoir pendant le repas.

  85.jpg

·         Il a accepté? Sans un moment d’hésitation. Il m’a serrée contre lui et m’a couvert de baisers en me disant que je lui faisais le plus beau cadeau du monde. C’est pas si compliqué les hommes…

J’ai l’impression que tu raisonnes comme un homme. 

    En apparence oui. Cette aventure m’a permis de mieux me connaître et, c’est vrai que je me suis découvert des envies sexuelles assez proches de celles des hommes. Mais ne t’y trompe pas, ce qui se passait dans ma tête était très ambiguë. Au départ, je voulais simplement jouer le jeu de mon mari et me laisser draguer devant lui. Pas seulement pour satisfaire son fantasme, mais aussi pour exciter un peu sa jalousie et lui faire comprendre mes insatisfactions. Je n’avais pas prévu que Gilles m’exciterait autant et que j’irais aussi loin avec lui. Quand Gilles m’a fait l’amour, j’ai retrouvé des sensations enfouies depuis longtemps. Son endurance, sa « présence » en moi ont fait remonter le souvenir d’un de mes premiers hommes, bien avant mon mariage. C’était le premier, et le seul jusqu’à Gilles, qui m’avait fait jouir aussi intensément. A l’époque, je l’avais dans la peau. Puis ça a cassé entre nous car c’était un coureur qui me trompait avec ma meilleure copine. Mais j’ai eu beaucoup de mal à me passer de sa queue. Les autres hommes que j’ai connus ensuite ne m’ont pas procuré les mêmes sensations. Puis il y a eu mon mari. Avec lui, il y a eu de la tendresse, de l’amour. Le plaisir physique était moins fort, mais nous étions tellement complices par ailleurs. Mais avec le temps, la routine s’est installée et j’ai éprouvé de moins en moins de plaisir. Il ne me faisait pratiquement plus jouir. Alors, tu comprends, Gilles a réveillé en moi un besoin très fort que je me cachais depuis longtemps.

Pourquoi allais-tu le rejoindre ce soir là? 

Pour ce que je viens de te dire : jouir et le faire savoir à mon mari.

  Vous êtes partis tous les deux?

  J’ai pris le temps de prendre une douche et de me faire belle. Il fallait que je sois au top. J’ai choisi une petite culotte blanche transparente.   

blogentry251697098415300201282839067thumb.jpg

  Le choix des sous-vêtements pour l’amant !

 Je l’ai passée devant mon mari en lui disant : « tu crois que je vais lui plaire comme ça ?». Je savais que ça le mettait en transe. Il a voulu me toucher, mais je l’ai repoussé. Comme il s’en offusquait, je lui ai dit que j’étais à Gilles.

    Si sexy!

  J’ai passé une mini robe noire à bretelles, laissant mes seins libres sous l’étoffe. Mon mari en bavait et ça me plaisait. Je l’ai un peu excité en soulevant ma robe de loin… Puis je lui demandé de m’emmener. Dans la voiture, il pouvait voir mes cuisses bronzées, mais n’avait pas le droit de les toucher. Il m’a demandé combien de temps il aurait à attendre.

  Et?

  Je lui ai répondu : « Le temps que je sois comblée, tu auras largement le temps de prendre l’apéritif…. »

                    bella005.jpg                      

Comment ça s’est passé à l’hôtel? 

  Mon mari a voulu monter avec moi. J’ai refusé tout net. Comme il avait l’air très malheureux, je lui ai dit qu’il pouvait m’accompagner jusqu’à l’étage de Gilles mais qu’après il me laissait.

  Et il t’a laissée?

  Nous avons pris l’ascenseur jusqu’au sixième. Il est sorti avec moi sur le palier. Il m’a serrée très fort contre lui. J’ai eu l’impression qu’il était inquiet, même si je le sentais bander. Je l’ai rassuré en lui disant que je le retrouverais bientôt et que je serais toute à lui. Je n’ai pas voulu qu’il m’embrasse à cause de mon rouge à lèvre, mais je ne l’ai pas empêché de glisser sa main dans ma culotte. Il a pu se rendre compte de mon excitation. 

blogentry251697041646200201284391087thumb.jpg

Rendez-vous 

 Puis je l’ai laissé et je suis allé jusqu’à la porte de Gilles.

  Ton mari est parti?

  Non il me regardait depuis le palier. Je lui ai fait un petit signe et j’ai frappé à la porte.

  Et tu as retrouvé Gilles…  

blogentry251697029384100201284391141thumb.jpg

  Retrouvailles

  Il m’attendait. Il a ouvert, m’a pris par la main et m’a serrée contre lui. Nous nous sommes longuement embrassés.

blogentry251697021821600201284391162thumb.jpg

  Long baiser amoureux

  Il me faisait sentir son désir. En moins d’une minute, deux hommes me prouvaient que je les faisais bander pratiquement sans rien faire. Tu ne peux pas imaginer la sensation de puissance que cela me procure de sentir un homme me rendre ainsi hommage. J’aime qu’un homme bande pour moi rien que parce qu’il me voit. Cette fois encore, j’ai laissé agir mes pulsions. Sans rien dire, j’ai ouvert son jean et saisi sa queue. Elle était à moi, soumise à mes envies.

blogentry251697014175600201284391020thumb.jpg

Désir 

  Gilles était impatient?

  Gilles m’a plaquée contre le mur, me débarrassant de ma culotte.

druunadanslesbrasdunmale.jpg

  Le désir du mâle

  Ça aurait été si bon qu’il vienne en moi à cet instant, mais nous avons été raisonnable. Je suis allée dans la chambre et Gilles m’a suivi, le sexe dressé, impatient.

101.jpg

  Impatient

  Je l’ai récompensé en le prenant dans ma bouche. Il avait beau être très long, je l’avalais presque entièrement. J’aime la sensation que procure sur ma langue la fine peau tendue d’un sexe d’homme.

blogentry251697011002300201284391342thumb.jpg

  Une fellatrice hors pair

  Nous ne nous sommes pratiquement rien dit et pas seulement parce que j’avais la bouche pleine. Nous étions là pour faire l’amour et rien d’autre. Nos désirs parlaient pour nous. Gilles a mis un préservatif et m’a attiré sur lui sans même prendre le temps de retirer ma robe. J’ai glissé sa queue en moi et je l’ai sentie m’envahir. J’ai crié. Notre quête du plaisir commençait et elle allait être fructueuse.

  Tu pensais à ton mari?

  Absolument pas. Ce que je vivais était trop bon et trop précieux pour penser à autre chose. Par contre, lui pensait à moi.

 Il te l’a dit?

  Il n’avait pas besoin de me le dire. Mais, quand nous nous sommes retrouvés, il m’a longuement parlé de ce qu’il avait ressenti. Tu sais que je l’avais laissé dans le couloir. Il avait donc repéré la chambre de Gilles. Il m’a avoué être remonté un peu plus tard pour écouter à travers la porte.

 Et il a entendu quelque chose?

  Il paraît qu’il n’y avait pas besoins de coller l’oreille contre la porte pour comprendre que Gilles me faisait du bien. Il ne nous a pas écouté en continue car il y avait des aller et venues dans le couloir et il ne voulait pas trop attirer l’attention. Il changeait d’étage et revenait à son poste. Il a dit qu’il reconnaissait mes cris, mais ne les avaient jamais entendus aussi forts et continus. Malgré la porte et les bruits de fond du couloir, il suivait le cycle de mes orgasmes. Il dit que ça n’arrêtait pas. Il s’est même caressé plusieurs fois devant la porte! 

Tu avais l’air de bien en profiter 

  Gilles n’a pas arrêté. Il est superbement endurant. Il ne s’est arrêté qu’une fois pendant une dizaine de minutes pour reprendre son souffle et changer de préservatif. Il disait qu’il avait trop chauffé ! J’ai eu un moment de frayeur à ce moment là quand j’ai senti ma chatte toute trempée, pensant que Gilles avait joui et que le préservatif était percé. Mais non, ce n’était que moi. On a bien ri ! Puis Gilles a remis ça…

Vous avez fait ça longtemps? 

    Jusqu’à ce que Gilles me demande s’il pouvait jouir. Tu te rends compte, il m’a demandé la permission pour être certains que j’étais satisfaite. Avec mon mari c’est bien plus rapide, moins de dix minutes et il ne peut pas se retenir plus longtemps. Gilles m’a prise pendant au moins 1h30.

blogentry251697057478200201284392056thumb1.jpg

  Baisée!

  Pour être satisfaite, j’étais satisfaite. Je l’ai senti avoir du plaisir, regrettant de ne pas sentir son sperme s’écouler en moi.

 Pendant ce temps là, ton mari attendait

  J’y ai pensé quand je me suis rendue compte de l’heure. Il avait eu le temps de prendre plusieurs apéros. J’ai pensé qu’il allait râler, puis je me suis dit qu’il avait accepté et que c’était un peu pour lui que je l’avais fait.

 Là tu exagères un peu, ce n’est pas que pour lui!

  Bien sûr que non. C’était surtout pour moi et je n’étais pas déçue.

Que s’est-il passé alors?

  J’ai dit à Gilles que je devais partir. Je suis aller prendre une douche rapide pour me rafraîchir de partout. Gilles est venu m’aider pour ma petite chatte.  

laetitia001.jpg

 Intimité sous la douche 

 Si on avait eu le temps, la douche aurait sans doute été plus coquine… J’ai remis ma robe un peu froissée, mais je ne trouvais plus ma culotte. C’est Gilles qui l’a retrouvée dans l’entrée de la chambre, là où il me l’avait retirée. Il m’a accompagné à la porte. Nous nous sommes longuement embrassés. Pendant ce baiser j’ai senti un élan de tendresse m’envahir.



1128917505974.jpg

  Adultère et amoureuse?

 J’avais été si bien avec lui, il était si attentionné pour mon plaisir. S’il m’avait demandé de rester avec lui à ce moment, j’aurais craqué. Je me sentais amoureuse comme à seize ans ! Mais il a fallu revenir à la réalité. Je lui ai promis de garder le contact, mais hélas pas physiquement et je suis sortie. Je me suis trouvée devant l’ascenseur. J’avais l’impression que tout le monde pouvait voir que je venais de baiser. J’étais un peu dans les vaps, épuisée, les jambes flageolantes et les muscles des cuisses douloureux tant je m’étais ouverte.

 Et tu as rejoins ton mari comme si de rien n’était?

  Je l’ai retrouvé au bar de l’hôtel. Je me suis assise sur un tabouret à côté de lui. Il me fixait sans rien dire, comme s’il me voyait pour la première fois. Innocemment, je lui ai dit «Je t’ai fait un peu attendre, tu ne m’en veux pas».



dian3.jpg

 Le bonheur du mari cocu

  Son regard s’est porté sur le haut de mes cuisses découvertes où il voyait ma petite culotte noire. Il était dans un état second. D’une voix étranglée, il a dit en fixant le haut de mes cuisses : « Elle a eu sa dose. Je t’ai entendue dans le couloir. Comme tu as joui ! C’est merveilleux ». Il était très ému. J’ai pris sa main tendrement. Ensuite je lui ai demandé de m’offrir à boire car j’étais assoiffée. Il s’est étonné que Gilles ne m’ait pas offert à boire. Coquine, je lui ai répondu qu’on n’avait pas eu de temps à perdre…

 Que s’est-il passé alors?

  Nous sommes allé sur la terrasse pour boire un verre.  

druunaarome.jpg

 Un mari candauliste 

Mon mari avait retrouvé ses esprits et se faisait très entreprenant. Il voulait que je lui raconte. Je lui ai dit d’attendre un peu, en ajoutant que je n’avais jamais joui comme ça et que c’était merveilleux qu’il m’ait permis de vivre un tel moment. Puis il m’a proposé d’aller dîner. Nous sommes allés jusqu’à la voiture sur le parking. Là, il ne tenait plus. Il faut dire que je n’ai rien fait pour le calmer. J’ai écarté largement les jambes en lui disant « Regarde ta petite femme, elle devient une autre» 

belle.jpg

 La récompense du cocu

Comment a-t-il réagi?

  Comme un taureau devant qui on agite un chiffon rouge. Il m’a répondu « Tu deviens toi-même, une belle salope » Il était terriblement excité. Il m’a demandé de lui montrer ma chatte. J’ai écarté ma culotte.

8.jpg

 Intimité

  Il l’a trouvée rouge et gonflée, mais a regretté que j’aie pris une douche et qu’elle soit refermée. Elle était toute humide tant j’étais encore excitée. Il a même cru que Gilles avait joui en moi ! Je lui ai dit qu’elle était encore en feu malgré la douche. Je l’ai ouverte. Elle était toute humide tant j’étais encore excitée.

carolperso11.jpg

 Exploration par le cocu

  Il a même cru que Gilles avait joui en moi ! Je lui ai dit que non, que j’aurais aimée mais qu’il fallait être raisonnable. Il bandait. Comme nous étions presque seul sur le parking, j’ai ouvert son pantalon et j’ai caressé sa queue. C’est le moins que je pouvais faire pour lui…   

1001338.jpg

  Le cocu soulagé

Comment s’est terminée la soirée? 

  Nous sommes allés au restaurant. J’avais faim. Ca creuse de se dépenser à ce point ! Mon mari lui n’avait pas d’appétit. Je lui ai dit tout ce qu’il voulait savoir. Il voulait toujours plus de détails, comme si j’avais eu l’esprit à ça. Il était très troublé, toujours excité, mais il m’a paru angoissé. Mon enthousiasme semblait l’inquiéter. La suite de notre histoire montre qu’il avait raison de se montrer préoccupé. Nous sommes rentrés. Il voulait faire l’amour. Je l’ai laissé me prendre, même si je n’en avais pas l’envie. Il a eu très vite du plaisir et nous nous sommes endormis.

 C’était la fin des vacances. Comment ça c’est passé à votre retour?

  Nous avons pris la route le lendemain matin, récupéré notre fils chez sa grand-mère et sommes rentrés à la maison.

  Retour à la sagesse?  

84small.jpg

En apparence, je suis redevenue une petite femme modèle. Mais ce qui c’était passé avec Gilles était omniprésent dans notre vie de couple. Mon mari y faisait allusion dans l’intimité. Il fallait toujours que je lui raconte. Mais il vivait mal certaines choses.

 Quel genre de choses?

  Par exemple, je crois aussi qu’il m’en voulait un peu d’avoir pris tant de plaisir à sucer Gilles alors que j’étais plutôt réticente à le faire avec lui. C’est vrai que sa queue me fait moins fantasmer et que son odeur me gène. Il voulait tout savoir, alors je le lui ai dit. Je crois que ça lui a fait mal. Lorsqu’il y avait de la tension entre nous, il a plusieurs fois eu des accès de jalousie vite maîtrisés. Après tout, c’est lui qui l’avait voulu et je ne me privais pas de lui rappeler. 

Et toi, comment le vivais-tu? 

  Assez mal. J’avais pleinement pris conscience de mon insatisfaction sexuelle. Un jour où nous faisions l’amour, je commençais à sentir le plaisir monter quand il a joui. J’ai très mal réagi et je lui ai dit que j’en voulais encore, que j’aime être pilonnée très longtemps, que Gilles faisait ça si bien alors que lui ne me faisait plus jouir. Même si c’est la vérité, le coup a été rude pour lui. Il m’a dit que je n’avais qu’à aller voir ailleurs.

 Et alors?

  J’étais embarrassée, car même si je suis réellement frustrée sur le plan sexuel, j’éprouve beaucoup de tendresse pour mon mari. Je lui ai dit que j’adorais sa langue et que même Gilles ne m’avait pas donné autant de plaisir avec sa bouche. Il n’y a plus que comme ça que mon mari me fait jouir. Mais hélas, c’est bien moins fort que ce que m’avait donné la queue de Gilles. Il m’a proposé d’avoir d’autres aventures comme celle que nous avions vécu pendant les vacances en disant que nous prendrions tous les deux du plaisir.

 Tu as accepté?

  Non. C’est vrai que Gilles est un excellent souvenir et que je ne regrette pas cette aventure. C’était un jeu dans lequel je me suis laissée entraîner. Mais je n’imagine pas multiplier ce type de rencontre. Pour moi, si je vais avec un homme c’est qu’il m’attire sur tous les plans. Une rencontre ne peut pas être que sexuelle. Je l’ai dit à mon mari. Si je vois un autre homme, nous prenons un risque pour notre couple et je ne veux pas briser ce qui nous uni si fortement.  

Pourtant, tu as eu d’autres aventures 

Beaucoup, oui. Toi aussi tu es comme mon mari, tu veux tout savoir!

 FIN du Chapitre I

A suivre le chapitre II « Mon docteur »…..

 druunaetles2males.jpg

 

 

« Le candaulisme est une pratique sexuelle liée à l’excitation de voir son (sa) partenaire avoir des relations sexuelles avec une autre personne. C’est une sorte de voyeurisme. Le candaulisme se distingue du cuckolding par l’absence de besoin d’humiliation du partenaire voyeur. Le candaulisme n’implique pas non plus la réciprocité de la pratique de l’échangisme. ».  Il semblerait que ce soir un fantasme courant. On peut se demander ce qui est le plus excitant dans cette pratique : éprouver de la fierté à avoir une femme désirée (et accessoirement baisée) par d’autres hommes ? Ou avoir ce sentiment quand même de possession dominatrice qui fait de la femme leur objet ? Même si le candauliste va s’en défendre et affirmer que tout le monde il est consentant.    Les yeux bandés je n’anticipe pas tes mouvements, je ne te vois pas venir, chaque contact devient une agréable surprise. Entre des différents gestes, je me demande ce que tu vas faire et le désir monte. Les liens m’empêchent de t’enlacer, de te toucher. Ainsi l’envie de ta peau grandie.  Des petits bisous me mettent en appétit mais je n’ai pas tout tout de suite. Par petites touches… j’apprécie chaque bisous et caresses comme une goûte d’eau dans le désert.  Ca me titille, me démange de me coller à toi, de t’embrasser.


3 réponses:

  1. Penser a vous presenter ,a laisser un commentaire,vous pouvez aussi recevoir votre mot de passe(gratuit) pour les rubriques protegées,par leurs auteurs,ceci dans le but de proteger des mineurs qui pourais rentrer dans notre site ,a l’insu des parents.
    Merci de votre comprehention.
    Admin

  2. Joybigou écrit:

    Trés interessant pour le caudalisme mais encore plus interessant avec une domination faite par l’homme et la femme sur un autre homme = triolisme BDSM !

  3. le roi des cocus écrit:

    Editer le messageRapporter le messageRépondre en citant le messageRe: ce salaud de karim fait baiser ma femme par mes potes !!!!!!
    de cocuetcontent » Jeu Avr 22, 2010 4:16 pm

    ceci n’est pas une histoire rocambolesque et imaginaire c’est ce qui m’est tombé sur le coin de la figure en 2008. je flirt avec la quarantaine et mon epouse aussi nous somme un couple ce qu’il y a de plus banale , elle plutot simple de jolie yeux ,3/4 kg de trop et une poitrine plus que genereuse, moi 175/kg tres viril avec un facies tres severe mais attirant de part le fait ( parait-il) nous somme marie depuis bientot 10 ans et 2 beau enfants. cela fais maintenant 2 ans que j’ai appris que lorsque ma femme à commence a travaillé pour son patron (pour qui elle travaille toujours ) et que je connaissait pas encore c’etait vu « decerné » le prix de la plus grosse salope du coin !. en effet dans les petites commune les ragots vont vite et il m’est revenu des trucs à vous sciez en deux. lorsque le patron de ma femme c’est lancé à son compte en 1996 il connaissait ma femme du fait qu’il ont ete a l’ecole ensemble et se sont suivit dans les meme classe du village pendant 7/8 ans ce qui cree bien sur des liens , et elle fut dons sa premiere salarie à travaillée pour lui comme ouvriere à la chaine . plus tard sont arrivés les suivants presque exclusivement des mecs, et ses  » mecs  » se sont confié à d’autre et naturellement tous finit par vous revenir un jour………… . et c’est comme ca que j’ai apris que ma femme etait l’objet sexuel de son patron , cette derniere etait tres jolie pas encore de grossesse pas de kg en trop …….. en gros elle etait sa maitresse vu que lui etait deja marié, et donc « mademoiselle  » se donnait a lui autant qu’il le desirait et d’apres ce que j’en est entendu « il desirait souvent » quand ce n’etait tous simplement pas elle qui allait le chercher……. puis son patron en fait « profité les clients »
    il parait que ca la « rendait folle » elle etait toujours « ok » du moment que lui aussi participait et il paraitrait (et ca aussi j’en ai la certitude) que parfois elle se retrouvait au pieu avec 4/5 type qui la tirait a la chaine ,dont son patron qui lui etait ravit et en tirait tous le benef bien sur jusqu’au jour ou la pratique c’est etendu au mecs de la boite qui eux n’avait rien de plus si ce n’est que  » du confort dirons nous  » en sachant que la boite tournait avec une majorité de mecs les version les plus hards qui me sont revenus disent qu’a la demande de ces mecs ils lui on demandé d’etablir des «  »" » planings «  »" » ou les 40 minutes de pose du matin et de l’apres midi furent transformées en 1 heures afin de pouvoir  » honorer les commandes  » et tous ca avec la benediction du boss et cette histoire la se situe uniquement autour du contexte professionnel, et j’ai la certitude que dans notre cercle d’amis qui est vaste une partie aussi la connaisent ( tres tres tres bien dirons nous )
    je plaide le faux pour savoir le vrai avec les « amis de nos amis », paie souvent des pots , des bouffes et c’est tres payant , j’en aprend beaucoup , je verifie ,recoupe avec d’autres dires……
    je sais que meme si maintenant son boss ne la baise plus ( ou presque plus ), et que les client non plus ( vu que le boss n’en a plus besoin) ce n’est pas le cas de ses collegues de job qui eux parait t-il s’en donne à coeur joie et la saute en gang bang et la font  » tourner  » a sa grande joie en salle de pause et dans le batiment de stockage ( precis hein !)et eux meme la presentent à leurs potes …………….. moi je travail de nuit sur lyon ce qui lui laisse tout le temps dont elle a envie, mon oreiller ne sent pas toujour mon parfum ,cela fais 3 fois que je change les lattes de notre lit qui lachent 2 par 2, les traces de pneu de la cour de notre maison ne sont pas les notres, et les voisins me regardent avec un air de dire ‘bin si y savait !! » mais la dedant apres mon envie de l’etrangler et de divorcer ( quelle n’a jamais sus ) bizarrement quand je repense à tous ca j’en ressent une fierte , peut etre indigne me direz vous et plus le temps passe et plus ca me plait et m’exite , c’est vraiment etrange il y a meme des moment ou cele me procure un plaisir dingue a savoir quand ce moment ils sont en train de lui passer dessus et cela va meme me procurer des erections de fou je reve d’assister à ses moments en cachette sans qu’elle sache,
    mais je sais que je n’aurait jamais le courage de lui dire que je sais tous (ou du moin une partie )
    et encore moins le courage de lui dire que ca me plait et que je voudrais que notre sexualité s’oriente de cette maniere, meme si elle a un apetit hors du commun bien au contraire, en fait je crois que j’ai peur qu’elle ne me respecte plus en  » tant qu’homme  » bien que je sache qu’elle m’aime follement;

    si quequ’un lit ses lignes qu’il me dise ce qu’il ferait et surtout qu’il ne me juge pas,
    j’aimerais aussi avoi l’avis d’une femme et d’un homme confronté a la meme chose .
    je suis pret à rencontrer quelqu’un homme ou femme pour en parler seulement si de leur coté il n’y a pas de moquerie.
    nous habitons dans l’ain a cote d’amberieu en bugey.cocuetcontent

    Messages: 1
    Inscription: Lun Avr 19, 2010 12:39 pm
    Localisation: departement de l’ain secteur amberieu en bugey
    Age: 39
    situation: couple
    Région: ain

Laisser un commentaire

alafouineuse |
adltbuissness |
sadeness |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gigapass - 1900 Gigas porno...
| Doc Gyneco
| dessousportes